L’ImprOmptU : chronique de mise en scène #4

A comme Anamorphose… A l’évidence, “l’Impromptu de Versailles” ne peut se monter comme n’importe quelle autre pièce de Molière. Il semble peu efficace de respecter tout ce qui est écrit, d’y chercher les ressorts habituels de l’action comique. Ce serait un peu comme de rejouer un solo de jazz de Miles Davis ou de Coltrane, après l’avoir scrupuleusement noté et analysé. On peut se souvenir de la dernière mise en scène de la pièce à la Comédie française : c’était par Jean-Luc Boutté, en 1993, et la pièce était donnée en deuxième partie avec les Précieuses. On se souvient de l’avoir vue, mais on ne se souvient pas d’y avoir vibré : autour d’un plateau vide, les comédiens en costumes d’époque jouaient avec conviction les conflits de la troupe et les fausses surprises. Et rien ne se passait. Et l’on se disait même : les Précieuses auraient suffi, pourquoi allonger la soirée d’un tel pensum intellectuel et laborieux, pourquoi vouloir toujours que les spectateurs du Français en aient pour leur argent ? Pourtant, avec l’Impromptu, Molière invente une structure d’une modernité extraordinaire, qui explore la piste ouverte par Corneille dans l’Illusion comique (1635), et qui annonce surtout le grand Pirandello et notamment ses “6 personnages en quête d’auteur” (1921) : la pièce qui met en scène sa propre déroute, sa propre quête, et qui se retourne à la fin comme un gant sur le spectateur, captivé tout du long par le double discours. Ceci est une pièce, ceci n’est pas une pièce. Magritte, Truffaut (la Nuit américaine) et même “Inception” ne sont pas loin. L’Impromptu, c’est l’oeil de Molière qui se regarde lui-même, c’est le concentré de toute son oeuvre, passée, présente et à venir (comme nous le verrons dans une prochaine chronique). Comme ces anamorphoses, qui étaient à la mode dans la peinture de la Renaissance : sous un certain angle, tout le théâtre est contenu dans le tableau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *